Les décès liés à la pollution sont les plus importants en Inde, en Chine et au Nigéria

L’Inde est le pays au monde où l’on meurt le plus à cause de la pollution, suivi par la Chine et le Nigéria, selon un rapport publié le 18 décembre. Ce dernier a estimé l’impact mondial des contaminants dans l’air, l’eau et le lieu de travail.

Le rapport, de l’Alliance mondiale pour la santé et la pollution (GAHP), a révélé que la pollution est la plus grande cause environnementale de décès prématurés sur la planète, causant 15% de tous les décès – quelque 8,3 millions de personnes.

Crise mondiale

Parmi les 10 pays ayant enregistré le plus de décès par pollution en 2017, la dernière année pour laquelle des données étaient disponibles, figuraient les pays les plus grands et les plus riches du monde, ainsi que certains pays parmi les plus pauvres.

L’Inde et la Chine sont en tête du nombre de décès par pollution, avec environ 2,3 millions et 1,8 million de décès respectivement, suivis du Nigéria, de l’Indonésie et du Pakistan.

Les États-Unis, pays comptant 325 millions de personnes, arrivent en septième position avec près de 200 000 morts.

« Le rapport nous rappelle à tous que la pollution est une crise mondiale », a déclaré Rachael Kupka, directrice exécutive par intérim du GAHP. « Peu importe où vous vivez. La pollution vous trouvera. »

Les taux de mortalité liés à la pollution étaient les plus élevés dans certains des pays les plus pauvres du monde, où un mauvais assainissement de l’eau et un air intérieur contaminé sont des facteurs aggravants majeurs.

Le Tchad, la République centrafricaine et la Corée du Nord ont enregistré le nombre de décès le plus élevé pour 100 000 personnes (287, 251 et 202), l’Inde étant classé en dixième position avec 174 décès pour 100 000 personnes.

« L’Inde a connu une augmentation de la pollution industrielle et automobile due à la croissance urbaine, tandis que les mauvaises conditions sanitaires et l’air intérieur contaminé persistent dans les communautés à faible revenu », indique le rapport.

La pollution éclipse les autres causes de décès prématurés

À l’autre extrémité de l’échelle, cinq nations de la péninsule arabique se classent parmi les 10 pays du monde où les taux de mortalité par pollution sont les plus faibles, le Qatar étant le plus faible.

Tirant ses données de l’Institut d’évaluation de la santé, basé à Seattle et fondé par la Fondation Bill et Melinda Gates, le rapport a divisé les facteurs de risque en quatre catégories : air, eau, occupation et plomb.

La pollution atmosphérique représente une combinaison de contaminants domestiques et extérieurs ainsi que de l’ozone, tandis que la pollution de l’eau comprenait de l’eau insalubre et un mauvais assainissement.

Les risques professionnels englobaient les décès par agents cancérogènes, la fumée secondaire, les particules, les gaz et les fumées, tandis que les décès par pollution au plomb étaient eux associés à l’exposition aux émissions héritées de l’essence au plomb. Il s’agit du plomb qui reste encore dans le sol des échappements des voitures.

Le rapport indique également que la pollution de l’air ambiant est responsable de 40 pour cent de tous les décès liés à la pollution, menés par la Chine, l’Inde et le Pakistan (1,2 million, 1,2 million et 130 000 respectivement).

Et le nombre de décès liés à la pollution dans le monde dépasse tout juste ceux du tabagisme, qui est d’environ 8 millions, mais éclipse considérablement les décès dus à l’alcool et aux drogues, aux régimes alimentaires riches en sodium, au VIH, au paludisme, à la tuberculose et à la guerre, indique le rapport.

Cet article Les décès liés à la pollution sont les plus importants en Inde, en Chine et au Nigéria est apparu en premier sur Enviro2B.

The post Les décès liés à la pollution sont les plus importants en Inde, en Chine et au Nigéria first appeared on ProcuRSS.eu.

Menu