les éléments confondus avec la baisse de libido

Lorsqu’une personne souffre de “libido faible”, il est facile de penser que c’est un trouble physique ou biologique. Il doit y avoir un problème dans son corps ou son cerveau qui lui fait perdre son désir de sexe.

Mais ce n’est pas toujours le cas. En fait, il nous arrive de qualifier à tort toutes sortes de problèmes dans notre vie sexuelle de “libido faible”, alors que le problème n’est pas vraiment lié à l’absence de désir sexuel. Nous pensons que nous ne voulons pas de sexe, alors qu’en réalité, nous n’en voulons pas de la manière dont nous le faisons actuellement.

Dans certains de ces cas où les gens signalent ce faible désir et peuvent demander de l’aide pour cela, nous avons tendance à regarder cela comme si c’était un problème médical et, vous savez, nous devons traiter cela pharmacologiquement. Mais le vrai problème est qu’ils ne sont tout simplement pas vraiment à l’aise avec eux-mêmes et avec leurs désirs, et ils ne communiquent pas à ce sujet.

Qu’est-ce que cela signifie exactement ?

Vous trouverez ci-dessous quelques exemples des types de problèmes personnels qui peuvent se manifester par ce qui semble être une “faible libido”. En réalité, il ne s’agit pas d’une baisse du désir sexuel, mais de blocages ou de contextes personnels qui vous empêchent d’accéder à votre désir. La bonne nouvelle ? Cela signifie que votre désir est toujours là, quelque part, et qu’il n’attend qu’une issue pour être libéré.

Problèmes que l’on confond avec une “libido faible” :

Ne pas avoir de relations sexuelles qui vous excitent

Beaucoup de gens ont des fantasmes sexuels dont ils ne sont pas à l’aise de parler à leur partenaire. Peut-être en ont-ils honte, ou bien ne savent-ils pas comment [en parler], ou encore s’inquiètent-ils du résultat. Le résultat final est qu’ils n’obtiennent pas vraiment ce qu’ils veulent en matière de sexe, ce qui a pour effet de réduire le désir sexuel. La libido s’en trouve amoindrie lorsque le sexe que nous avons n’est pas celui que nous voulons vraiment avoir.

Par exemple, vous aimez peut-être le sexe brutal, passionné et romantique, mais le seul type de sexe que vous avez avec votre partenaire est un missionnaire paresseux où vous vous regardez à peine et où votre partenaire semble uniquement concentré sur son propre plaisir. Il est évident que vous allez commencer à vous sentir moins enthousiaste à l’idée de faire l’amour.

Le revers de la médaille, c’est que dès que vous avez l’occasion d’avoir le type de relation sexuelle qui vous excite vraiment, votre désir revient naturellement. Il ne s’agit donc pas d’un manque de désir en général, mais d’un manque de désir pour un type de relation sexuelle.

Anxiété

De même, si vous êtes une personne très anxieuse à l’égard du sexe, pour quelque raison que ce soit, cette anxiété peut affecter votre libido, qui ne sera pas aussi forte qu’elle le serait normalement. Cette anxiété peut être liée à un manque d’expérience, à un traumatisme passé, à un manque de confiance en votre corps ou à une anxiété de performance avec un partenaire.

Dans la plupart des cas de difficultés sexuelles, qu’il s’agisse de désir ou de problèmes d’orgasme ou d’excitation, il existe la plupart du temps un problème psychologique sous-jacent, qu’il s’agisse d’anxiété, de honte ou de culpabilité. En traitant ces problèmes de manière appropriée, nous constatons souvent que cela peut améliorer la vie sexuelle des gens.

Se débarrasser de l’anxiété sexuelle ne se fait pas en claquant des doigts, mais si vous investissez dans le travail (peut-être avec un professionnel qualifié), cela peut vous permettre d’avoir plus de désir à l’avenir.

Comparaison sociale

Avez-vous réellement une faible libido, ou comparez-vous simplement votre libido à celle des autres ?

On peut appeler cela l’effet de comparaison sociale : Vous regardez les médias ou vos amis et vous avez l’impression que tout le monde fait l’amour tout le temps et a toujours ce désir spontané. Mais vous ne le ressentez pas, vous ne le vivez pas de la même manière que les autres, et vous supposez donc qu’il y a un problème chez vous alors qu’en réalité, vous êtes peut-être parfaitement normal et en bonne santé, et que le problème n’est en fait qu’un problème de perception.

Beaucoup de gens pensent qu’ils devraient avoir plus de sexe qu’ils n’en ont. Mais s’ils essaient de compenser cela en se forçant à avoir plus de sexe juste pour le plaisir, la recherche suggère que “cela a en fait l’effet paradoxal de diminuer le désir et de les rendre moins heureux”.

Menu